Tetes en gravure

Grande entete

« Les aimables, les simples d’esprit, les humbles de cœur, ceux qui sont de trop, qui ne peuvent faire de mal à un papillon, les dinosaures, les brontosaures, les hominiens, les Kalapalos, les Arméniens, les Acadiens, les têtes à Papineau de tous les hémisphères, ou l’une d’entre elles, sont condamnés à disparaître. »
Jacques Godbout, Les têtes à Papineau, Paris, Seuil, 1981, p. 150

Un fromager à la recherche du chèvre perdu, un ingénieur chimiste très vert mais déjà à la retraite, un réviseur-correcteur qui — eh non! — ne fait pas de traduction. Tous trois se lancent dans l’intello-trad, histoire de faire vibrer leurs neurones crochus. Au cœur de la Petite-Nation, le pays même où régna le seigneur Louis-Joseph, Jonathan Lafontaine (mandoline, guitare…), Patrick Mailloux (guitare, basse…) et Paul Lafrance (violon, dulcimer…) unissent leurs voix et leurs cordes. Oui, ça prend bien Les Têtes à Papineau!

Entete 1

Tetes en pile
Photo : Diane Fournier

Paul Lafrance

Depuis un quart de siècle, il fait des scènes un peu partout. Dans son moyen âge, il compose et monte l’opéra barock La chanson de Roland. Son violon vibre aux côtés de Donald Poliquin, Gildor Roy et Benoît LeBlanc, pour ne nommer que ceux-là. Il brûle le premier les planches de l’opéra Bastille, à Paris, tout comme il violone sur le toit du monde, au Népal. Il lance un CD intitulé Osmose et traditions, puis un autre baptisé Mappemonde, et accompagne aux synthés Georges Brossard sur l’écran de l’Insectarium de Montréal. Ce Gatineau-Américain devenu Pacificien petit-nationaliste se dit alter-traditionaliste. Aurait-il du front tout le tour de la tête?

Jonathan Lafontaine

Le vent le pousse tout d’abord du côté obscur de la musique. Par la suite, il se débarrasse de cette sombre lourdeur afin d’alléger sa barque. Il vogue depuis allègrement sur les airs de la mélodie. Citadin d’expérience, il risque le changement pour faire de lui un purleux… Éole le mène en Europe et en Amérique latine où il fait ses classes tout en guindaillant et en bardant çà et là. Il touche toutes sortes d’engins à bruit, qu’ils soient à cordes pincées, à vent, à mailloche, à soufflerie ou à pistons. Arrivé à bon port, Jonathan forme un tiers d’un trio qui, disons-le, n’est pas piqué des hannetons.

Patrick Mailloux

Après avoir passé huit longues années les bras dans le plâtre, il laisse retomber la poussière de l’usine pour choisir de s’installer à la verte campagne, tenant quelques ballots à bout de bras, avec pour seuls bagages son étui à guitare et sa grosse caisse. En bon néo-rural, il médite sur sa prochaine récolte de doliques à œil noir ou de pâtissons. Patrick a étudié la musique polytechnique, du populaire au chansonnier, se produisant dans les bars enfumés, beuglants et autres estaminets, plus souvent qu’autrement pour faire swinguer les adeptes de danse sociale. Blague à part, il connaît toutes les ritournelles de Sacha Distel, et pourrait bien vous apprendre les pas du sirtaki, ô que si.

On leur a vu la binette…

  • Musiqu’en Nous, Saint-André-Avellin
  • La Basoche, Gatineau (secteur Aylmer)
  • L’Outaouais en fête, Gatineau (secteur Aylmer)
  • « 4 à 7 fleuve », Espace Félix-Leclerc, île d’Orléans
  • Café-Auberge L’Utopik, Montréal
  • Colloque de la Table Jeunesse Outaouais
  • Microbrasserie du Lièvre, Mont-Laurier
  • Concert conjoint avec le Chœur de Pom’, Saint-André-Avellin
  • Café des Artistes du Théâtre des Quatre Sœurs, Saint-André-Avellin
  • Le Petit Chicago, Gatineau (secteur Hull)
  • Café des Artistes de la Lièvre, Gatineau (secteur Buckingham)
  • Lancement-spectacle du disque Noël dans la Petite-Nation, Théâtre des Quatre Sœurs, Saint-André-Avellin
  • Soirée « La Petite-Nation en musique », Université rurale québécoise, Montpellier
  • Soirée de clôture de la randonnée à vélo « Libre comme l’air », Équiterre, Chénéville
  • Spectacle de la troupe Irlandanse, Gatineau
  • Événement « La Boîte à surprises », Journées de la culture, MRC de Papineau

Leurs neurones résonnent…

  • Noël dans la Petite-Nation, disque regroupant 15 groupes et interprètes de la région
  • Un maudit bon démo, réunissant 5 de leurs succès immortels
« Et puis l’homme en silence a plié son violon
Son gazou sa bombarde et son accordéon
On dit qu’il est parti retrouver sa savane
Et qu’il vit là depuis tout seul dans sa cabane »
Sylvain Lelièvre, Le chanteur indigène, 1978